Valparaíso – Le paradis du Street Art

Après plus d’un mois en Argentine, il était temps pour nous de quitter le pays et de partir pour le Chili. Direction Valparaíso ! Au programme: du Street Art, des empanadas et un feu d’artifice exceptionnel !

Découverte de la ville

Pour ne pas changer, nous avons décidé de découvrir la ville grâce à un Free Walking Tour. Le plus souvent ces visites sont faites par des locaux ce qui permet de découvrir des endroits qui ne se retrouvent pas forcément dans les guides touristiques classiques.

DSC02039

La Plaza Sotomayor ©Tom Duhamel

DSC02136

Vieux bus de Valparaíso ©Tom Duhamel

¿Sabías que?

  • Le nom Valparaíso vient de Valle paraíso qui veut dire ville paradis. Les habitants, eux, l’appellent Valpo. 
  • Les habitants sont surnommés Los Porteños.
  • Valparaíso est classé au Patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO grâce à son Street Art. Le Street Art est une vraie institution, les gens ont un véritable respect pour les artistes et il est très très rare de voir une oeuvre se faire recouvrir par des tags.
IMG_20171228_113941

©Tom Duhamel

DSC01984

©Tom Duhamel

DSC02005

Très célèbre escalier dans Valparaíso. Il aurait été peint pendant la nuit. ©Tom Duhamel

DSC02033

©Tom Duhamel

DSC02059

L’artiste en plein travail ! ©Tom Duhamel

DSC02070

©Tom Duhamel

DSC02176

©Tom Duhamel

  • La ville compte 45 collines (cerros en espagnol), pour y accéder plus facilement, des funiculaires sont mis à disposition des habitants. La ville en compte 15 au total, mais 6 seulement qui fonctionnent. Donc mieux vaut avoir de bonnes jambes !
DSC02053

©Tom Duhamel

DSC01971

Maison colorée dans les Cerros ©Tom Duhamel

  • Anciennement, Valpo était la ville la plus riche du Chili grâce à son port qui était une escale pour les transports de marchandises venant d’Europe et d’Asie. Avec la construction du canal de Panama, les navires désertèrent la ville.
DSC02084

©Tom Duhamel

DSC02089

Cette photo a été prise d’un bateau mais il est très facile d’en apercevoir du port !©Tom Duhamel

  • Les empanadas sont une véritable institution au chili ! Ce sont des sortes de chaussons farcis, le plus souvent salés mais elles peuvent être sucrés également. On les retrouve al horno (au four) ou fritas (fris).
IMG_20171228_135202

Empanadas fritas ! Yummy 🙂

  • Autres plats typiques chilien. El pastel de Choclo, il s’agit d’une sorte de hachis parmentier recouvert d’une purée de maïs (un peu sucrée). Mais aussi El Completo italiano: hot dog avec guacamole, oignon et sauce tomate. Un délice !
  • Pablo Neruda: Le poète (entre autre) chilien était un grand fan de la ville, il écrira d’ailleurs un poème sur celle-ci. Une de ses maisons, La Sebastiana, se trouve sur un des Cerros et il est possible de la visiter ainsi que son jardin.
DSC02146

La Sebastiana ©Tom Duhamel

DSC02145

La vue du jardin de Pablo Neruda ©Tom Duhamel

Nouvel an Chilien

Le feu d’artifice du nouvel an de Valparaíso est l’un des plus célèbres du monde. Il s’étend sur plusieurs kilomètres le long de la baie.

Chaque année environ 50000 touristes se déplacent pour l’admirer, autant dire qu’il ne faut pas tarder à se trouver une bonne place pour le spectacle ! Nous étions tout en haut d’un Cerro (avec une bonne centaine d’autres personnes) et on s’en est pris plein les yeux ! Moi qui ne suis pourtant pas une grande fan de feux d’artifices, je me suis régalée (bon ok, le fait d’être au Chili a aidé..). Une fois le feu d’artifice terminé, c’est la folie en ville. Des milliers de personnes dans les rues qui cherchent la soirée parfaite pour commencer l’année ! Nous avons opté pour une soirée cumbia très très sympa !

Nous ne sommes pas restés dans la ville même aux alentours du nouvel an car les prix étaient juste inabordables. Nous avons donc loué un appartement avec 3 autres personnes à Viña del Mar qui est une station balnéaire à 15-20 minutes en bus de Valparaíso.

Road trip en Patagonie – Part I: De San Carlos de Bariloche à Rio Gallegos

La Patagonie était la partie de l’Argentine que l’on attendait le plus. Tout le monde en parlent comme une des plus belles régions de l’Amérique du Sud. C’est pour cela qu’on a décidé d’y rester une vingtaine de jours et d’en faire le tour en voiture.

DSC01582

On the road again! ©Tom Duhamel

IMG_20171204_193024

Notre petit bolide et notre hôtel 5 étoiles ©Alexandra Delaunoy

San Carlos de Bariloche

Nous avons décidé de commencer par cette ville au nord de la Patagonie. Construite dans un but purement touristique, la ville ressemble plus à une station de ski suisse qu’à l’image qu’on se fait du sud de l’Argentine. Le centre ville est rempli de chalets et les cafétérias et restaurants servent du chocolat chaud et des fondues savoyardes.

On l’a vite compris, ce qu’y allait nous plaire à Bariloche n’est pas la ville en elle-même mais ses alentours. Nous avons donc rapidement décidé d’aller faire un trek sur le Cerro Catedral pour rejoindre El Refugio Frey. Le refuge se trouve à la fin d’un sentier de 10km environ. Les paysages le long du parcours sont très variés, on passe de la forêt humide aux sentiers rocailleux en passant par la neige. Une fois le refuge atteint, on a pu se réchauffer autour d’une boisson chaude.

DSC01528

Le lac près du refuge ©Tom Duhamel

DSC01520

©Tom Duhamel

DSC01533

©Tom Duhamel

DSC01493

Le ‘coin’ forêt de la randonnée © Tom Duhamel

DSC01506

La vue splendide près du refuge ©Tom Duhamel

DSC01511

El refugio Frey ©Tom Duhamel

Nous avons également été voir la cascade qui se trouve à quelques dizaines de minutes en bus du centre ville. Encore une fois, le sentier pour y accéder nous fait passer par un bois magnifique. Nous en avons profité pour marcher jusqu’au mirador et pique-niquer face à une vue grandiose.

DSC01551

Panneau ‘Attention aux pumas’ à l’entrée du sentier © Tom Duhamel

DSC01554

La cascade ©Tom Duhamel

DSC01569

Sans aucun doute, un des meilleurs endroits pour pique-niquer ©Tom Duhamel

DSC01571

©Tom Duhamel

Pour notre dernier jour sur place nous avons tout même voulu faire le tour de Bariloche et prendre le téléphérique qui se trouve dans le centre ville pour monter jusqu’au mirador.

DSC01549

Statue du Général Roca ©Tom Duhamel

IMG_20171202_114947

Le lac Nahuel Huapi vue du mirador à San Carlos de Bariloche ©Alexandra Delaunoy

IMG_20171202_114324

Le téléphérique qui conduit au Mirador ©Alexandra Delaunoy

IMG_20171202_104742

San Carlos de Bariloche ©Alexandra Delaunoy

En route pour Puerto Madryn

C’est à bord d’une petite Toyota Ethios que nous avons pris la route direction de notre première destination. Après avoir passé la nuit à Tecka, nous sommes arrivés dans la ville portuaire. Le centre est, comme San Carlos de Bariloche, principalement dédié au tourisme et est rempli d’agences proposant des excursions et d’hôtels et restaurants assez chers (point de vue sud américains bien sûr). En saison, il y a toutefois possibilité d’observer les baleines, orques et éléphants de mer depuis la côte.

Ce qui est (très) intéressant à voir c’est la Peninsula Valdes qui se trouve à 40 km de Puerto Madryn. Énorme réserve naturelle, elle est uniquement accessible par voiture ou par voyage organisé. Entièrement constituée de routes de terres et de cailloux, on n’était pas très à l’aise à bord de notre petite voiture.

Après avoir roulé 40km dans la péninsule, nous avons commencé à voir des animaux en tout genres: des éléphants de mer, des loups de mer, des guanacos et des pingouins, beaucoup de pingouins.

DSC01610

Les pingouins ©Tom Duhamel

DSC01650

Les loups de mer ©Tom Duhamel

Malheureusement nous n’avons pas eu l’occasion de voir des orques ou des baleines car nous étions trop tard dans la saison.

De Punta Tombo à Rio Gallegos

A Punta Tombo se trouve une réserve naturelle remplie de pingouins et comme nous n’en avions pas vu assez à la Peninsula Valdes, on a décidé d’aller en admirer quelques milliers de plus !

DSC01682

©Tom Duhamel

DSC01690

L’heure de la baignade ©Tom Duhamel

DSC01687

Des centaines de pingouins qui se jettent à l’eau ! ©Tom Duhamel

DSC01674

Coucou vous ! ©Tom Duhamel

Nous avons ensuite pris la route vers Rio Gallegos. Nous avons décidé de nous arrêter deux fois pour dormir avant d’y arriver: la première à Comodoro Riviera et la deuxième à Puerto San Julian. Ces deux villes n’ont pas eu beaucoup d’intérêt à nos yeux, elles servaient essentiellement d’étapes sur notre route (comme pour beaucoup de voyageurs). Tout comme Rio Gallegos d’ailleurs, endroit le plus au sud où l’on a été et donc le plus froid. Cette nuit là, nous avons laissé tomber la tente et avons pris une nuit d’hôtel pour éviter l’hypothermie.

Road trip en Patagonie – Part II: Glaciers et Trekking

La deuxième partie de notre road trip s’est constituée de moins de voiture et de plus de randonnées.

El Calafate et son majestueux glacier

Comme San Carlos de Bariloche, El Calafate est une ville touristique par excellence ! De nouveau on y retrouve des chalets en bois, de nombreux magasins de souvenirs et des prix nettement plus élevés que dans les autres régions du pays.

Pourquoi aller dans un endroit si touristique et si cher me direz-vous ? Tout simplement pour admirer le fameux glacier Perito Moreno ! Situé dans le parc national Los Glaciares, de face il fait environ 5 km de long, 170 m de hauteur dont 74 m sous l’eau et a une superficie totale de 250 km² ! Une « petite » merveille !!

DSC01775

© Tom Duhamel

DSC01770

© Tom Duhamel

DSC01760

L’eau du lac qui est près du glacier a cette couleur à cause de la glace qui fond dans son eau © Tom Duhamel

DSC01788

© Tom Duhamel

DSC01798

© Tom Duhamel

Nous avons aussi été voir la réserve naturelle Laguna Nimez. Là-bas, c’est majoritairement de l’observation d’oiseaux, du coup pour les personnes qui ne sont ni patientes ni passionnées d’ornithologie (comme nous :D), la réserve peut être un peu décevante. Cependant, nous avons tout de même vu de magnifiques oiseaux et un troupeau de chevaux.

DSC01727

© Tom Duhamel

DSC01721

© Tom Duhamel

DSC01712

© Tom Duhamel

El Chalten

Environ à 300 km de El Calafate, El Chalten est surnommé la capital du trekking. Tous les amateurs de randonnée qui visite la Patagonie vont passer quelques jours dans ce petit village au milieu des montagnes.

Niveau temps, nous n’avons pas eu de chance ! Nous étions supposés rester 4 jours mais comme il a plu les 3 premiers nous avons décidé de rester 2 jours de plus, la pluie ne nous permettant pas de partir en randonnée dans les montagnes.

Le Fitz Roy ! C’est pour lui que la plupart des voyageurs viennent ! Nous avons eu la chance de gravir cette montagne. Bon ok, pas jusqu’à son sommet mais jusqu’à la fin du sentier de randonnée 😀

DSC01894

Notre ami le renard qui voulait nous voler nos biscuits © Tom Duhamel

DSC01890

© Tom Duhamel

DSC01885

Encore notre ami le renard en quête d’un casse-croûte © Tom Duhamel

DSC01872

En route vers Laguna Torre © Tom Duhamel

DSC01866

© Tom Duhamel

DSC01843

Moi, qui grimpe vers El Fitz Roy © Tom Duhamel

Pour le retour nous sommes passés par le sentier de randonnée Laguna Torre, ce qui nous a fait un total de 42km en fin de journée ! Autant dire qu’on était un peu fatigués au soir !

DSC01900

© Tom Duhamel

Entre deux averses, nous avons été au Miradore De los Condores et à la cascade.

DSC01830

Vue sur El Chalten © Tom Duhamel

DSC01823

En route vers la Cascade © Tom Duhamel

DSC01825

© Tom Duhamel

El Chalten a bouclé notre road trip en beauté, on en a pris plein les yeux du début à la fin, on a croisé le chemins de personnes incroyables avec qui on a échangé de bons moments et surtout on s’est créée des souvenirs inoubliables.

DSC01820

!Adios Patagonia!  © Tom Duhamel

 

Danser le tango à Buenos Aires

Après un mois en Amérique du Sud et un dépaysement total, nous avons eu l’impression d’être un petit peu en Europe le temps de notre séjour à Buenos Aires (un petit peu j’ai dit !). On peut voir dans l’architecture de la ville qu’il y a eu une grande influence française, certains édifices auraient pu se trouver dans les rues de Paris que cela n’aurait pas été surprenant.

Ambassade de France © Tom Duhamel

© Alexandra Delaunoy

Plus d’un quart de la population argentine vit à Buenos Aires, la ville est donc assez grande et diversifiée. Chaque quartier a son propre style: le quartier des affaires où se trouve les banques et des bâtiments hauts et imposants, le quartier de San Telmo qui est plus bohème avec sa Feria tous les dimanches ou encore Palermo, beaucoup plus chic.

Plaza de Mayo © Tom Duhamel

Plaza de Mayo © Tom Duhamel

Plaza de Mayo © Tom Duhamel

Feria de San Telmo © Alexandra Delaunoy

Statue de San Martin © Tom Duhamel

© Tom Duhamel

© Tom Duhamel

Selon les Argentins, Buenos Aires est la ville natale du Tango (les Uruguayens diront que non mais bon…), on peut d’ailleurs admirer des danseurs dans la plupart des endroits touristiques de la ville. Durant le Free Walking Tour que l’on a fait, on a d’ailleurs appris qu’à la base le Tango était dansé par les prostituées (d’où les robes sexy des danseuses) !

Le quartier de La Boca

Symbole de Buenos Aires, le quartier de la Boca est connu pour le Caminito, quartier coloré connu de tous.

Petit restaurant typique dans le quartier de La Boca © Tom Duhamel

Port près du Caminito © Tom Duhamel

© Tom Duhamel

© Tom Duhamel

© Tom Duhamel

© Alexandra Delaunoy

© Alexandra Delaunoy

Autre lieu mythique du quartier de la Boca, la Bombonera ! Stade des Boca Juniors, équipe de la ville, véritables dieux vivants pour les habitants et Home of Maradona.

La Bombonera © Tom Duhamel

© Tom Duhamel

Mis à part ces deux lieux, l’endroit est un quartier populaire qui est à présent connu grâce aux touristes et au stade devenu symbole de la ville. Il n’est d’ailleurs pas conseillé de s’éloigner du Caminito et de la Bombonera la nuit.

En 1882, le quartier était devenu La République indépendante de la Boca – República Independiente de La Boca, les immigrés italiens avaient décidé de devenir indépendant de l’Argentine. Cela dura 1 jour.

© Tom Duhamel

Petite dédicace à Tristan et Thomas, deux Bretons que l’on a rencontrés sur place et qui se sont lancés dans la folle aventure de parcourir l’Amérique du Sud à vélo ! On peut les suivre via leur site.

Les majestueuses Chutes d’Iguazu

Les chutes d’Iguazu se constituent de plus de 200 cascades différentes qui se déversent dans le Rio Iguaçu, la plus haute La Garganta Del Diablo mesure 80m de hauteur et est aussi la plus célèbre. Elles se trouvent sur deux pays différents: le Brésil et l’Argentine qui en ont tous les deux fait des parcs nationaux.

Les chutes du côté Argentin

Le parc national comprend plusieurs circuits qui offrent des vues différentes des chutes. L’un d’eux se fait à bord d’un train qui nous a conduits jusqu’à l’entrée du sentier vers La Garganta Del Diablo. Le sentier fait plus d’1km de long, il traverse une partie de la forêt tropicale et surplombe le Rio. À mi-chemin on commence déjà à entendre les chutes, une fois sur place on se trouve juste au dessus de la cascade. Spectaculaire !!

©Tom Duhamel

©Tom Duhamel

©Tom Duhamel

Les autres sentiers valent eux aussi le détour, ils offrent une vue différente des chutes et permettent de marcher dans la forêt tropicale quelques kilomètres et d’espérer (ou pas) croiser un jaguar.

©Tom Duhamel

©Alexandra Delaunoy

©Tom Duhamel

En plus des jaguars, le parc regorge d’animaux tels que des singes, des oiseaux de toutes les couleurs et surtout de coatis, petits animaux qui n’hésitent pas à voler sauvagement le pique-nique des touristes.

© Alexandra Delaunoy

©Tom Duhamel

Les chutes du côté Brésilien

Contrairement au coté Argentin il ne nous a pas fallu plus de 2h30-3h pour visiter le parc national. Celui-ci ne comprend qu’un (long) sentier cependant le parc offre d’autres activités payantes.

Le circuit démarre par une vue de  La Garganta Del Diablo. De là on peut apercevoir à quel point elles sont immenses.

©Tom Duhamel

 

©Tom Duhamel

Personnellement nous avons préféré le côté de l’Argentine (comme la plupart des gens) car les différents sentiers nous ont permis d’avoir des vues magnifiques des differentes chutes.

Les 3 frontières

Nous sommes également allés voir les 3 frontières. C’est l’endroit où se rencontrent le Paraguay, l’Argentine et le Brésil. Les frontières des pays se trouvent à l’intersection du Rio Iguaçu et Parana. Chaque pays dispose d’un mirador avec vue sur l’intersection.

©Tom Duhamel

Florianopolis – Ilha Santa Catarina

Troisième et dernière étape au Brésil, la ville de Florianopolis et son île Santa Catarina. L’endroit est très populaire auprès des Brésiliens pour ses plages car il fait bon vivre (moins de violence comparé à d’autres plus grosses villes).

Groupe de Funk ©Tom Duhamel

Notre auberge se trouvait sur l’île à l’est, en face du Lagoa da Conceiçao où des navettes bateaux faisaient le trajet ‘centre ville’ à l’autre bout du lagon (+/- 50 min). Les gens qui y habitent prennent la navette pour aller faire leurs courses en ville où même aller travailler. Une fois de l’autre côté il y un sentier de 8km qui rejoint la ville en passant devant une cascade, à travers une forêt et par un village.

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy

Nous avons fait la randonnée Lagoinhna do Leste, qui se trouve au Sud de l’île. De difficulté moyenne, elle dure environ 3h et fait +/- 10km et se fait principalement en forêt (avec des gros gros cailloux où nous avons dû utiliser nos mains pour grimper)

©Alexandra Delaunoy

Vue à mi chemin ©Alexandra Delaunoy

Mer à traverser pour rejoindre le sentier de randonnée… 🐬©Alexandra Delaunoy

Le centre de Florianopolis n’est pas très grand et il n’y a pas grand chose à faire (de ce que l’on a pu voir !) mis à part le marché couvert avec ses restaurants, marchands d’épices/viandes/fromages et se ballader aux alentours de la cathédrale et des bâtiments de l’époque coloniale.

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy

Florianopolis a été la ville parfaite pour clôturer notre séjour au Brésil: moins chaotique que Rio mais (beaucoup) plus animée que Ubatuba. Une ville à taille humaine qui regorge d’activités à faire et d’endroits sympas.

Ubatuba: un petit coin tranquille

Après un bus qui tombe en panne au milieu de nulle part et plus de 6 heures de retard sur un trajet qui dure normalement 5 heures, nous sommes arrivés à Ubatuba qui se trouve à 320km au sud de Rio. Nous n’avons croisé aucun étranger là-bas. C’est une petite ville (lieu de vacances pour les gens de Sao Paulo) assez calme qui est connue pour ses très nombreuses plages.

Nous logions près de celle d’Itamambuca dans une maison d’hôte au milieu de la forêt (vive les moustiques et l’humidité 😅) et pour arriver à la plage nous devions passer par un bras de mer.
Une fois cette partie traversée on arrive face à une immense plage, pleine de surfeurs, de petits lagons et de stands de kayaks et de padel.

Bateau qui traverse le bras de mer, les personnes avec poussettes, vélos l’utilisaient ©Tom Duhamel

©Tom Duhamel

©Tom Duhamel

©Tom Duhamel

Pour ce qui est du centre ville d’Ubatuba il n’y a pas grand chose à faire, c’est assez petit. La promenade maritime et l’île des pêcheurs sont les deux endroits les plus sympas.

©Alexandra Delaunoy

© Alexandra Delaunoy

Le deuxième jour, nous sommes partis à Ilha Anchieta sur un petit bateau ⛵ (je vous raconte pas l’horreur du bateau qui bouge dans tous les sens et les gens avec le mal de mer à bord…). Une fois sur place, on se dit que l’heure de bateau en valait la peine et on profite des randonnées, des plages et de la vue.

©Tom Duhamel

Vue de l’île depuis le Mirador ©Tom Duhamel

©Alexandra Delaunoy

Photo prise à bord du bateau ©Tom Duhamel

Pour notre dernier jour on a décidé de marcher de l’auberge à la Cascade de Primirim (8km environ). Là-bas on a rencontré Divani et Alexandre, deux Brésiliens qui logeaient au même endroit que nous. Après une petite baignade, ils nous ont ramenés en voiture et Alexandre a offert à Tom un souvenir du club de foot brésilien Corinthians.

©Alexandra Delaunoy

©Alexandra Delaunoy